J’entends presque tous les jours des gens nous dire d’arrêter de donner des permis de construction ou d’arrêter le développement. Même si on voulait le faire, c’est totalement impossible à ce stade et pour plusieurs raisons. Je voulais expliquer pourquoi afin que les gens comprennent mieux les défis que toutes les municipalités au Québec doivent relever en matière de développement et au niveau de la gestion municipale.

Afin de répartir le document en différentes sections pour faciliter la lecture, je publierai sous forme de série au cours des prochains jours ou semaines (en fonction de mon horaire). [Ceci est la troixième partie de la série]

Voici les points qui seront abordés :

  1. La croissance démographique
  2. La pénurie de logements
  3. La pénurie de main-d’œuvre
  4. Nos obligations
  5. Nos ressources et infrastructures
  6. La loi
  7. Dépendances de l’impôt foncier
  8. Solution : mieux développer

[3] La pénurie de main-d’œuvre 

Selon le Conseil du patronat du Québec (CPQ), en raison du vieillissement de la population et des prévisions de croissance économique, le marché du travail québécois devra pourvoir plus de 1,4 million d’emplois d’ici 2026. Bien que la situation soit particulièrement favorable aux personnes sans emploi et aux jeunes, car elle leur offre de plus en plus d’occasions professionnelles, ceux-ci sont insuffisants pour pourvoir les postes présentement vacants et ceux qui le seront d’ici la fin des prochains dix ans.

Le nouvel hôpital Vaudreuil-Soulanges qui devrait ouvrir ses portes d’ici 2026, pourra compter sur la création d’au moins 3 200 nouveaux emplois. Il faudra combler les besoins des différentes catégories d’emploi afin de permettre à l’hôpital de bien fonctionner et de fournir un service approprié à la population. Les portes du nouvel hôpital sont à moins d’un kilomètre de Saint-Lazare. Nous nous attendons à ce que la pression soit forte pour développer à la fois des logements et des commerces dans le secteur de la Cité des Jeunes d’ici quelques années.

La main-œuvre et le logement

Développement Vaudreuil-Soulanges (DEV) indique que depuis une douzaine année, l’indice place la région de Vaudreuil-Soulanges dans les dix MRC les plus dynamiques au Québec. Malgré ceci, comme partout au Québec, il y a aussi un besoin de main-d’œuvre criant dans Vaudreuil-Soulanges.

Afin d’attirer des travailleurs qualifiés pour le nouvel hôpital et les entreprises en recherchent de main-œuvre, nous devrons nous assurer qu’ils ont un endroit où vivre.

Également, le faible stock de logements locatifs et abordables dans plusieurs municipalités dans la région, freinent aussi l’embauche d’une main-d’œuvre incapable d’accéder à la propriété. Ce problème devra aussi être adressé.

Les entreprises comme Fleury Michon à Rigaud et Amazon à Coteau-du-Lac par exemple, sont actuellement contraintes d’offrir le déplacement de leur main d’œuvre depuis Montréal à l’aide de navettes privées due à la crise du logement.

Conclusion : Cette pénurie de main-d’œuvre entraîne plusieurs problèmes sur le plan économique et social. Les municipalités ont un rôle à jouer dans le bien-être de la population. Il est important de s’assurer que nos résidents ont accès aux services de la région et il est essentiel d’attirer les travailleurs en offrant divers types de logements. Saint-Lazare et la région bénéficieront par ailleurs du nouvel hôpital et devront faire en sorte que cet hôpital soit suffisamment doté de personnel pour attirer les travailleurs à proximité de leur lieu de travail. Il n’est pas réaliste de penser que seul Vaudreuil-Dorion va accommoder tous les nouveaux employés de l’hôpital. La pression va être forte dans le secteur de la Cité des Jeunes, en particulier.

À venir dans la prochaine rubrique : Nos obligations